Cinq questions essentielles avant de migrer son CRM vers le Cloud

3 mars 2017

Migrer son CRM dans le Cloud soulève des interrogations, en particulier lorsque l’outil est utilisé au quotidien par sa force de vente. Alors que des changements technologiques profonds transforment le travail quotidien, il est d’autant plus nécessaire d’évaluer ce que peuvent nous apporter en pratique ces solutions.

Personne ne doute désormais de l’intérêt du Cloud, qui permet non seulement des économies en termes de coût opérationnel, mais qui apporte surtout des fonctionnalités inégalées, grâce à des capacités de calcul massives et à prix abordable même pour les startups. Reste qu’un grand nombre d’entreprises ont matérialisé leurs processus via des programmes et une infrastructure développés en interne. Jusqu’à quand profiter des investissements passés dans des solutions locales sans franchir le pas vers le Cloud ? Pourquoi adapter son workflow pour profiter des avantages compétitifs du Cloud ? Quelles solutions pour assurer la sécurité, la fiabilité et la confidentialité de ses données ?

Puis-je profiter du Cloud sans changer mes processus ?

Il est recommandé de profiter d’une transition vers le Cloud pour repenser la façon de travailler de l’entreprise. Car, sans adapter le fonctionnement de l’entreprise, une migration simple ne suffit pas pour profiter de l’ensemble des innovations apportées par le Cloud, dont la capacité de traiter des masses de données (Big Data, IoT), l’intégration poussée de solutions verticales avec des programmes comme la suite Office 365 et le développement de fonctionnalités novatrices basées sur l’Intelligence Artificielle, grâce au Machine Learning.

En attendant d’achever cette transformation digitale, migrer ces solutions sur une plateforme Cloud permet déjà de réduire les coûts, d’augmenter la fiabilité, d’adapter l’infrastructure aux besoins et de garantir un uptime 24h/24. En résumé : moins de temps à gérer le hardware et les mises-à-jour, plus de temps pour améliorer le fonctionnement de l’entreprise et plus d’agilité pour lancer des initiatives.

Le Cloud est-il un avantage concurrentiel ?

Migrer ses solutions vers une plateforme Cloud offre des avantages incontestables. Pourtant, s’arrêter au milieu du chemin serait néanmoins préjudiciable, car, à mesure que les plateformes Cloud se développent, le risque est chaque jour plus évident de se laisser dépasser technologiquement par des concurrents qui profitent des dernières avancées du Cloud pour offrir un meilleur service.

Pour une nouvelle société, fonder son business model sur les capacités du Cloud est une évidence. Mais pour les sociétés existantes, le développement de solutions internes a permis un contrôle inégalé de leurs applications. Jusqu’à maintenant, ces solutions ont été un outil de différenciation auprès des clients. Cet avantage, pourtant, est en train de s’estomper.

A contrario, chaque jour, les nouvelles avancées du Cloud, rendues possibles par la mutualisation de la R&D, apportent de nouvelles cartes aux sociétés qui en ont fait le choix. Celles-ci, au lieu de gérer et de maintenir une infrastructure tout en construisant des solutions innovantes, peuvent se concentrer uniquement sur leur core-business et l’innovation.

Comment les nouvelles solutions du Cloud peuvent-elles me permettre d’être mieux renseigné ?

Pour exploiter pleinement cet avantage compétitif et ne pas se laisser distancier par des concurrents plus agiles, il est nécessaire d’adapter les outils existants et d’optimiser l’organisation de l’entreprise pour profiter des instruments à disposition dans le Cloud. Microsoft l’encourage avec le Common Data Model d’Azure, qui permet à des applications natives (comme Dynamics 365) et tierces (un produit commercialisé par une startup, par exemple) de s’intégrer dans une plateforme commune et de communiquer. Ces applications construites sur une base commune partagent alors les mêmes sources de données, qui peuvent être analysées à l’aide de la puissance d’analyse inégalée du Cloud.

Une fois ses solutions adossées au Cloud, l’entreprise n’a plus à réinventer la roue pour chaque projet et pourra offrir un package de fonctionnalités inégalées, profitant de l’alliance des évolutions apportées par le Cloud avec ses propres solutions.

Héberger ses données dans le Cloud est-il moins sécurisé que les stocker on-premises ?

Il devient de plus en plus évident qu’un système on-premises n’est pas plus sécurisé qu’un système hébergé dans le Cloud, comme l’analyse de Mark Anderson, fondateur de INVNT/IP Global Consortium, un groupement de gouvernements et d’experts en sécurité chargé de lutter contre l’usurpation d’identité. Une équipe de renommée mondiale est désormais nécessaire pour assurer la sécurité des serveurs, et s’associer avec un leader des fournisseurs de services Cloud permet de profiter d’une sécurité inaccessible autrement.

De plus, les réelles interrogations qui freinaient une transition vers le Cloud sont désormais grandement atténuées, comme l’a détaillé Julien Hugo de Nerea aux « IT Days » organisés en septembre dernier : les données appartenant au client sont protégées et demeurent dans la législation et la région choisie (comme l’UE). Ces données, traitées sur un Cloud de confiance, ne peuvent pas être accessible par aucun employé de Microsoft.

Faut-il se faire accompagner lors d’une migration ?

Une migration uniquement technique vers le Cloud est souvent réalisable par l’IT interne d’une société, pour autant que l’équipe dispose des compétences nécessaires. Dans le cadre d’une démarche où on optimise les processus et les outils internes de la société et où on décide de profiter des fonctionnalités additionnelles du Cloud, les partenaires ont toute la maitrise et l’expérience pour accompagner, proposer et adapter le fonctionnement interne pour bénéficier des outils à disposition.

 

Vous avez d’autres questions ? Contactez-nous via contact@nerea.com

Vous avez une question ou vous souhaitez tester la solution ?

Nos conseillers vous répondent.